Nouveaux compteurs Linky : et le principe de précaution ? 

Les nouveaux compteurs "intelligents" Linky ont été posés à Carqueiranne en 2017 et 2018.

Imposés par Enedis (ex-ERDF), ils suscitent beaucoup d'interrogations et de craintes concernant la santé et le respect de la vie privée.

Les témoignages de soucis de santé (maux de tête, malaises), de surfacturation, d'appareils électriques endommagés ou d'obligation de changement de puissance se multiplient.

Il y a donc de nombreuses raisons d'être inquiet, contrairement à ce qu'affirme Enedis.

Cette installation à marche forcée, parfois en opposition avec les usagers, mobilise de très nombreuses associations sur le plan national.

Plus de 500 municipalités ont déjà exprimé leur désaccord avec Enedis.


Une action collective en justice est en cours, avec 4619 plaignants au 26 avril 2018.

Le Tribunal de Toulon est saisi, plus de 100 personnes faisant partie de la juridiction. >> En savoir plus

 Quels sont les arguments d'Enedis ? 

Le remplacement de l'ancien compteur (fiable et durable) par Linky permet un relevé plus facile et plus rapide de la consommation en temps réel.

 

Enedis affirme que le compteur est gratuit, ce qui a été formellement démenti par la Cour des Comptes qui a publié début février ses conclusions sur les compteurs Linky qu'elle juge "trop couteux" et "pas assez avantageux" pour les consommateurs. (voir le rapport).

 Quelles conséquences pour la population ? 

Enedis impose ses compteurs sans concertation et estime qu'ils sont inoffensifs, sans études ni mesures suffisamment approfondies des impacts sur la santé.

Les bases de données recueillies permettront à Enedis de disposer d'un gigantesque fichier susceptible d'être négocié avec des sociétés commerciales en vue de publicités ciblées. Quid de la liberté individuelle ?

Dans les zones déjà équipées de compteurs, les habitants témoignent de symptômes tels que maux de tête plus ou moins violents et de désordres divers. Certains sont à la recherche de zones blanches. A notre connaissance, à Toulon, plusieurs personnes sont concernées et deux ne peuvent plus habiter à leur domicile depuis l'installation des compteurs.

Elles sont devenus electro-hyper-sensibles (EHS).

La presse fait état également de très nombreux incendies de compteurs, sans que Linky soit toujours cité. Certains ayant vu leur maison brûler assurent pourtant que leur compteur venait d'être changé, par exemple dans les Bouches du Rhône. Ces incendies feraient suite à une pause mal effectuée.

 Les actions de Carqueiranne Environnement 

Intervention auprès du Maire et des élus avant la pose :

Carqueiranne Environnement a rencontré le Maire à 3 reprises, il s'est intéressé au problème et a fait voter en Conseil Municipal un moratoire pour ne pas poser les compteurs sur les bâtiments publics communaux avant une étude sérieuse de son impact et pour soutenir les actions des administrés qui ne souhaitent pas l'installation du compteur à leur domicile. Malheureusement, il a rapidement cédé aux pressions et des Linky ont été installés malgré la décision du Conseil Municipal, notamment à... la crèche !

Information auprès des adhérents  pour les modalités d'actions envers Enedis.

Adhésion au CRIIREM (centre de Recherche Indépendant d'Information sur les Rayonnements Electro Magnétiques).

Création d'une pétition envoyée en RAR au SYMIELEC et à Enedis avec copie au Maire.

Organisation d'une conférence en mai 2016 en présence d'un public nombreux.
Frédéric Ethève (ingénieur en environnement) a présenté le compteur, son fonctionnement, sa durée de vie, son coût, les fréquences utilisées. Lionel Fabre (médecin) a évoqué les impacts sanitaires des ondes de toutes longueurs et de toutes sources, aggravés par la durée d'exposition chez les jeunes populations.

Participation à une manifestation organisée par le collectif Stop Linky de l'aire toulonnaise sur le marché de Carqueiranne le 16 juin 2017.

Maison des Associations

Chemin du Petit Lac

83320 Carqueiranne

Suivez-nous sur Facebook !
  • Facebook - Black Circle
Contactez-nous !

carqueiranne.environnement@gmail.com

​​​

© 2018 Caroline Serra